Accueil

Comportement du Lapin
(3er Partie)

 

Accueil Lapin
Conseils
Reproduction
Comportement
Races
Informations Générales
Galerie Photo
Annuaire du Net
Annuaire Eleveurs
Calendrier Expo
Annonces Gratuites
Livres Bibliothèque
Maladies Santé
Accès par Espèce
Boutique des Lapins


Date de première mise en ligne le 22/12/2006

Après avoir passé en revue les comportements normaux et détaillé le déroulement d’une journée normale, nous allons étudier un autre comportement qui perturbe beaucoup les propriétaires :

les manifestations « d’agressivité ».

Ce que prennent souvent les propriétaires pour de l’agressivité chez leur animal de compagnie n’en est pas forcément, et ce dans plus de 90% des cas. Pourtant, le résultat reste le même. Alors pourquoi votre petite boule de poil, jusque-là adorable, se transforme subitement en Lapin garou ou Bunnicula ?

  1. Notion de territoire


Il faut déjà savoir que le lapin est un animal individualiste. Alors pourquoi me direz-vous les voyez-vous en grand groupe pâturer joyeusement dans nos prairies ?

Ils vivent au sein d’une communauté que l’on appelle garenne. Chaque garenne est constituée de plusieurs groupes de reproduction où seul le couple dominant va se reproduire. Si vous regardez plus attentivement, chaque individu garde une distance de sécurité de quelques mètres et personne ne franchit ce cercle.
Le territoire correspond à un espace que l’animal se réserve et dont il interdit l’entrée à des lapins issus d’un autre groupe ou même ceux de son propre groupe en période de reproduction. Il est composé du terrier et d’un cercle de quelques mètres autour de celui-ci.
Le terrier est aussi bien creusé par les mâles que par les femelles. Les mâles sont quand même beaucoup moins possessifs et les donnent volontiers à d’autres femelles par exemple qui en auraient besoin pour mettre bas.

  1. Défense du territoire, comportement en cas d’agression

Avant d’attaquer réellement, le lapin préfère intimider et poursuivre. La hiérarchie au sein d’un groupe n’est vraiment remise en question qu’en période de reproduction. En dehors de ces périodes, une simple course-poursuite suffit à remettre en place l’indésirable souvent plus maladroit qu’autre chose.
Si la situation persiste et qu’il faut se montrer plus persuasif, le lapin couche alors les oreilles en arrière, avance la tête et surtout relève franchement la queue sur son dos. Il émet des grognements assez fort et graves. Si cela ne suffit toujours pas, il « boxera » avec ses pattes avant et finira par mordre très fort.
Les combats sont parfois très violents et mieux vaut ne pas s’interposer au risque d’y laisser un doigt.

  1. Cage et territoire du lapin nain

On a souvent deux cas de figure :
- Le territoire entier est constitué par la cage
- La cage n’est que le terrier et le territoire s’étend au-delà dans la pièce


  1. Territoire = cage

C’est souvent le cas lorsque le lapin n’a que peu ou pas de sorties quotidiennes en dehors de la cage (et n’a donc pas l’occasion de le marquer et de l’étendre d’avantage) ou que celle-ci est jugée de taille suffisamment importante pour qu’il ne ressente pas le besoin d’augmenter son territoire au-delà.
C’est à la limite le cas le plus simple car tout conflit ou agression se limite à cet espace. Souvent, le lapin est propre et n’éprouvera pas l’envie de faire ses besoins en dehors de la cage. Bien sûr, le cloisonnement n’est pas une bonne chose pour limiter ces petits désagréments. Au contraire, laisser trop son lapin enfermé peut le rendre dingue et renforcer les comportements d’attaque. Ils sont d’ailleurs plus violents que dans les autres cas et aboutissent plus souvent à la morsure.

  1. Territoire = cage + partie de la pièce

C’est plus difficile à gérer car le lapin peut se sentir en danger ou simplement dérangé parfois dans toute une pièce. Il se comporte alors en véritable chien de garde et s’attaque aux bas de pantalons de vos invités, ou même des vôtres !
Lorsqu’un lapin est réputé sale, c’est-à-dire qu’il urine et fait ses crottes en petit tas (l’éparpillement de quelques crottes lors d’une promenade n’est pas considéré comme de la malpropreté), l’augmentation de la taille de la cage peut résoudre le problème. Le territoire se redéfinit alors au niveau de la cage. Il n’y a malheureusement pas de règle mathématique qui permet de déterminer la taille de la cage en fonction de celle de l’animal.


  1. Conduite à tenir pour limiter les intrusions et les agressions

Quelle que soit la définition du territoire pour votre lapin, le maximum d’agression aura lieu quand vous chercherez à pénétrer d’une manière ou d’une autre dans la cage.

Ce qu’il ne faut pas faire :
- Chercher à caresser le lapin dans sa cage, surtout si l’ouverture de celle-ci se fait par un côté et donc vous oblige à lui faire face avec la main
- Attraper un objet dans la cage, à fortiori s’il s’agit de sa gamelle de nourriture !!!
- Hésiter !! Parce que lui, il n’hésitera pas…

Il faut donc à chaque fois que vous souhaitez mettre de la nourriture ou arranger la cage, proposer à votre compagnon d’aller faire une petite balade dans la pièce. Vous pouvez le mettre dans une cage de transport si cela doit prendre trop de temps et si vous n’avez guère confiance en lui face à vos installations électriques ou votre mobilier.
Le choix de la cage peut être intéressant également. Certaines offrent une double possibilité : ouverture latérale et sur le dessus. L’ouverture latérale permet au lapin de sortir seul. L’ouverture sur le dessus vous permet de le plaquer au sol au niveau des épaules si vous voulez attraper quelque chose de l’autre main sans avoir à le sortir. Le lapin attaque volontiers frontalement, mais aura plus tendance à se plaquer au sol et à se faire oublier s’il se sent abordé par le dessus, comme il le ferait pour se faire oublier d’un prédateur aérien.
Dans tous les cas, il faut montrer le moins possible d’appréhension. Il hésitera beaucoup plus à attaquer si vous vous montrez sûr de vous et de votre geste. C’est vrai qu’après une première morsure, on a plutôt tendance à y réfléchir à deux fois (ça fait quand même super mal !) mais un animal ressent vite la peur et la crainte en face de lui. Sa meilleure défense reste l’attaque, surtout que dans la cage, il n’a pas la possibilité de fuir.

  1. Que faire en cas de morsure ?

La première fois, étant donné qu’elle arrive du jour au lendemain ou quasiment, difficile de l’éviter ou même de la prévoir. Il ne faut pas hésiter à réagir du tac ou tac.
Si cela se produit alors que le lapin est dans la cage, une bonne baffe en retour de bâton peut être dissuasive, à condition qu’elle constitue une réponse immédiate et non une sanction à posteriori. Vous ne pouvez pas vraiment le mordre ou le boxer donc il ne reste plus que cette option. Mais attention, ne retirez pas la main pour la remettre afin de le corriger. Ce sera mal interprété. Vous êtes mordus, vous mettez une petite claque (pour le surprendre en retour et certainement pas pour lui faire mal) et ensuite seulement vous retirez la main.
Si la morsure se produit en dehors de la cage, même chose et vous attrapez le lapin et vous le remettez dans sa cage. Toujours pareil, chaque hésitation lui laissera une opportunité de répondre et d’envenimer la situation.

Remarque : Quelle qu’en soit l’origine, il ne faut jamais prendre une morsure à la légère. Mettre la morsure sous un jet continu d’eau froide pendant quelques dizaines de secondes, puis désinfectez à l’eau oxygénée ou à l’alcool modifié à 70°. En général, je trempe le doigt dans un mélange d’eau chaude et d’alcool pendant quelques minutes. C’est difficilement supportable mais au moins, je garde l’usage du doigt et je ne gonfle que très peu et encore occasionnellement. Si votre doigt gonfle rapidement, il faut immédiatement consulter votre médecin.

  1. Utilité de la stérilisation

La territorialité et la supériorité d’origine sexuelle sont liées. Nous l’avons vu, ce sont souvent les femelles qui ont le plus souvent des comportements d’agression. La période de reproduction, et surtout celle qui suit les chaleurs et correspond à une éventuelle gestation rend la femelle d’autant plus territoriale et sensible à toute intrusion.
La stérilisation de la femelle (ovariectomie ou ovariohystérectomie) permet une stabilisation de ses sautes d’humeur. C’est déjà pas mal, mais ça ne résoudra pas tout, il vaut mieux le savoir. La castration du mâle réduit les problèmes de marquage et de malpropreté, mais là aussi, pas lorsqu’il s’agit d’identification et de défense du territoire.

  1. Conclusion

Souvent, les enfants prennent mal ce changement de comportement de leur animal de compagnie. Ils se sentent rejetés et ne comprennent pas ce qu’ils ont fait de mal. Il faut bien leur expliquer que ce n’est pas parce que leur lapin ne les aime plus mais parce qu’il grandit et devient plus indépendant. Il va falloir réapprendre à s’occuper de lui et à respecter certaines règles. C’est un peu dur, mais tout le monde grandit.
Heureusement, tous ne sont pas comme ça, certains restent totalement soumis ou mieux encore, recherche le contact de l’homme et les câlins.
Le respect de son animal et la connaissance de son mode de vie sont très importants pour vivre en harmonie.

 

lapin comportement

Lapin Nain, Cochon d'Inde, Hamster, Hamsters nains, Chinchilla, Rat, Souris, Gerbille, Octodon, Ecureuil de corée, Chien de Prairie
@ Contacter les @uteurs/ Annonceurs / Dossier Medias / Bannieres / Autocollants / Stats / Boutique
FaceBook
FaceBook
Copyright: RongeurS.net - reproduction interdite